Autour de la Conférence sous le thème : La FinTech au Maroc

La technologie financière, plus connue aujourd’hui sous le nom FinTech est un domaine qui a vu le jour au début des années 2010 et qui dès lors, n’a cessé d’éclore et de conquérir de nouveaux marchés. Une définition assez élémentaire de la FinTech serait la collaboration entre les deux domaines de la Technologie et de la Finance, ou encore l’usage de tous les aspects de la technologie tels que l’IT et l’IA au service des banques, des assurances et de toutes les institutions financières.  Toutefois, l’importance de la FinTech est bien loin de résider dans une simple fusion entre deux domaines .En effet, la Fintech vient révolutionner l’expérience client durant cette dernière décennie . En optimisant le parcours client dans des secteurs bien déterminés de la banque (retail , wallet management, trading , ..) , la FinTech réinvente ce parcours et le fluidifie grâce aux algorithmes que nous procurent les technologies de l’information ou encore l’intelligence artificielle. Une optimisation d’expérience client qui a pour principal but d’inclure financièrement et de conquérir une proportion maximale de la population , qu’elle soit bancarisée ou pas, fait de la Fintech un réel catalyseur de l’économie à l’échelle nationale et par conséquent à l’échelle mondiale grâce au mécanismes de l’économie internationale .

Si les applications de la FinTech sont aussi répandues aujourd’hui et très bien connues du grand publique, c’est quelle doivent leur succès aux développement de la puissance des algorithmes de calcul ces dernières années .Ceci nous mène à poser la question suivante : Cette dernière décennie ,le domaine de la science a-t-il connu une discontinuité  ou encore une évolution atypique ?

A vrai dire, le domaine de la science est en évolution continue, mais cette évolution n’est pas l’origine directe de l’explosion des fintechs aujourd’hui. En effet, les fondements scientifiques et principes régissant ces technologies existent depuis bien longtemps. C’est la liaison de la technologie à un contexte particulier qui donne naissance à une révolution technologique. Citons à titre d’exemple le Bitcoin qui a su bouleverser toute une économie mondiale. Les techniques de registre distribués , principale idée derrière le Bitcoin , ne datent pas d’hier .Toutefois, la crise économique et monétaire a encouragé l’application de ces stratégies et est la principale origine derrière cette explosion.

En ce qui concerne le développement des Fintechs au Maroc, il est indéniable que l’écosystème est encore dans une phase embryonnaire du processus. En effet , nous constatons avec amertume un manque d’éducation financière au sein de notre culture :Un  manque d’éducation financière qui se traduit notamment par des endettements énormes ou encore des dépenses financières jamais en ordre. Assurément, la culture serait à l’origine du retard de développement des Fintechs au Maroc En effet , celle-ci freine le développement du tissu et de l’écosystème financier global . Citons à titre d’exemple que les statistiques témoignent une défiance prononcée de la population marocaine envers les paiements par carte ou encore les commerçants qui refusent d’adopter les systèmes des TPE .Indépendamment, on reproche aussi un manque d’accompagnement des jeunes entrepreneurs dans les domaines de la Fintech. Encore faut-il qu’il y ait un accompagnement dans tous les sens du terme : juridique, fiscal , financier sans oublier le rôle des ressources humaines dans cet encadrement. 

Toutefois, le Maroc est un marché qui a énormément de potentiel et qui est susceptible d’être pionnier de la Fintech dans toute l’Afrique .C’est un marché qui est très fertile par sa force de travail , qui constitue une ressource clé. Par surcroit, le Maroc représente l’un des marchés les plus stables de toute l’Afrique tant au niveau économique que politique.

Les générations à venir sont friands d’un Maroc où la Fintech s’impose. Le marché marocain est encore vierge et regorge de potentiel à exploiter. Le premier point de départ est de travailler avec une nouvelle génération qui accepte le changement . C’est une responsabilité qui vient directement se poser sur nous : futurs ingénieurs de demain . Le chemin est long certes, mais la finalité en vaut toute la peine.

%d bloggers like this: